Alter, Anjou Loire Territoire
Angers

Un premier projet sur Angers pour Quartus

Programme

Aménagement d'un quartier de ville comprenant 4 000 logements, des commerces, des services

Situé à l'est du secteur Fraternité, sur le Plateau des Capucins, la résidence l'Aubier est le premier projet développé par le promoteur Quartus sur la ville d'Angers.

Ensemblier urbain français fondé en 2014 et implanté sur 6 grands territoires en France,le promoteur QUARTUS a pour ambition de penser la ville autrement, et en particulier la vie dans la ville. Très attentif à la santé, le proteur souhaite développer des projets qui s'inscrivent pleinement dans le respect du vivant et dans le cadre d'une urbanité responsable et de proximité.

Une approche écoresponsable

Conçue dans une démarche écoresponsable en favorisant la neutralité carbone par l’utilisation du bois et de matériaux recyclables, cette résidence se compose de 54 appartements déclinés du studio au 4 pièces répartis sur un bâtiment à l’architecture contemporaine élégante. Idéalement orientés sur le cœur d’îlot arboré, tous les séjours sont prolongés par de beaux balcons, de grandes terrasses dont certaines plein-ciel au dernier étage ou des jardins privatifs conçus comme de véritables pièces à vivre.

Sur ce programme, le cabinet d'architecte a souhaité mettre en oeuvre une approche environnementale et bioclimatique au centre de la démarche, par un choix de structure et de matériaux stratégiques, dans une logique d’efficacité énergétique et de construction bas carbone. Sur l’Avenue des Hauts de Saint-Aubin, la façade est travaillée de façon urbaine de manière à structurer l’axe du tramway. Les longues coursives viennent mettre à distance les logements, tous traversants Nord/Sud. Un volume plus vertical marque l’angle Nord-Ouest avec le « mail vert » pour se transformer en une façade plus domestique avec des balcons qui viennent prolonger les espaces intérieurs de tous les logements. En cœur d’ilot, un jeu de balcons circulaires vient animer la façade et le jardin ouvert sur les aménagements existants ainsi que l’ilot voisin. L’ensemble, en léger surplomb au rez-de-chaussée, repose sur un socle rythmé d’arches, qui répond au jeu de balcons circulaires, inspirées du « gothique Plantagenêt », propre à l’Anjou."