Deuxième réunion publique pour le quartier de la Gare à Cholet

Cholet

Image de l'actualite

Deux mois après une première réunion qui avait permis d’ouvrir la concertation sur le quartier de la Gare à Cholet, une seconde réunion avait lieu ce mardi soir afin de présenter les pistes de réflexion issues des premiers échanges et des premières études.

Plus de 100 personnes ont répondu à l’invitation de la ville. Autour de Jean-Paul Brégeon, adjoint en charge de l’aménagement, les équipes d’Alter et l’urbaniste, Vera Broëz en charge du dossier, les premiers éléments du projet ont été présentés. Pas de plan guide, ni de schéma déjà écrit, mais plutôt des axes forts sur lesquels le projet sera construit.

Intégrer le quartier dans la ville

Séparé du reste de la ville par les lignes ferroviaires, le quartier vit aujourd’hui en vase clos sans lien avec les alentours. Tout l’enjeu du projet est de le raccrocher à son environnement. « Il faudra optimiser l’espace actuellement occupé par les voies pour diminuer la rupture ferroviaire », annonce Vera Broëz. Des actions seront donc menées sur le franchissement des voies, sur la passerelle et sur les coutures viaires. Des cheminements doux seront créés par ailleurs et un travail sur les transports en commun sera effectué

Un quartier à l’identité verte affirmée

Dans toutes les villes, les quartiers Gare deviennent des quartiers emblématiques de la reconstruction et de l’image de la ville. Moderne, ambitieux, leurs aménagements vient refléter le dynamisme et l’image de la ville. Celui de Cholet ne dérogera pas à la règle. A ceci près toutefois, qu’il sera résolument tourné vers le « vert ». L’une des idées fortes de l’urbaniste est ainsi de ramener le bocage dans la ville. Comment ? En irriguant le quartier d’une véritable couture verte et en se réappropriant les terrains en amont de la gare, où les trains ne passent plus et en faire une voie verte qui de Ribou au Golf traversera la ville.

Un quartier vitrine de la ville, mais aussi pratique

Ce quartier doit être ambitieux, a ainsi déclaré Jean-Paul Bregeon. « Il doit êtr le cœur de la ville et de son agglomération, à la fois uni et relié à l’extérieur à l’image des lignes qui nous relient à Nantes, Angers, et peut-être demain au Puy du Fou ou aux Herbiers.  Les circulations vont être pensées pour être pratique avant tout. Les grands axes de circulation vont être envoyés en périphérie, sur les «voies inter-quartiers».

 

Cette deuxième réunion passée, la phase de concertation va se poursuivre quelques peu afin d’enrichir les études et la réflexion. En parallèle, les études de faisabilités techniques et financières vont être menées.