Alter, Anjou Loire Territoire
Angers

Avec Cokoon, Edouard Denis s'implante sur Angers

Programme

Aménagement d'un quartier de ville comprenant 4 000 logements, des commerces, des services

Jeudi dernier, Edouard Denis avait convié les élus d'Angers, la presse et les entreprises à une traditionnelle pose de première pierre de son projet angevin, Cokoon. L'occasion pour les responsables de la société, Bruno Laudic et Didier Launois de rappeler la genèse de ce projet et sa rapidité de mise en oeuvre. En effet, cet important projet comprenant 116 logements et 32 logements en co living (géré par Co living factory) a trouvé sa genèse en novembre 2019.

Le un pour un mis en pratique

A l'époque, ce projet s'intégrait dans un dispositif initié par la ville et dénommée le un pour un. L'idée, proposer à un promoteur un terrain sur Angers afin de pouvoir bénéficier du pinel et un autre hors Angers en ZAC afin de continuer à soutenir la production de logements dans ces nouveaux quartiers. 15 mois plus tard, le promoteur a réussi le pari de développer les deux opérations (la seconde se trouvant dans le quartier de la Monnaie aux Ponts-de-Cé) et à engager les deux chantiers (en début d'année aux Ponts-de-Cé, ce printemps pour Angers)

Comme l'a rappelé monsieur Launois, le dispositif du un pour un a été l'occasion pour le promoteur de revoir ses méthodes de vente, d'accentuer encore plus son attention sur les nouveaux usages que pouvaient permettre cette nouvelle construction. Jardins partagés, salle commune, atelier de bricolage, de nouvelles fonctionnalités ont été intégrées au programme. Le promoteur a eu cette capacité à ne pas travailler qu’un produit, mais plusieurs dans un même projet.

Monsieur Launois poursuit : "Cokoon se veut la vitrine de notre savoir faire (accession, investisseur, bailleurs pour accession abordable). Avec du co-living, on a su associer différents mode d'habiter dans un seul projet de 148 logements en 5 bâtiments. On est ravi d’avoir lancé les deux projets en même temps puisqu'ils nous ont fait réfléchir autrement et ce n'est peut-être pas un hasard si nous avons réussi à sortir celui des Ponts-de-Cé peu de temps avant celui d'Angers même sans Pinel, car il y a une qualité de vie dans ces nouveaux quartiers et des gens veulent y habiter sur le long terme.

Passant la parole à Roch Brancour, adjoint à l'urbanisme à la ville d'Angers et Vice président d'Angers Loire métropole, celui-ci a confirmé. "Ce qui compte c’est l’attachement des gens à leurs quartiers, comment ils vont y vivre. On a validé ce projet dans le cadre du premier confinement. Et on est content de l’avoir fait pour éviter d’avoir un effet de stop and go avec la reprise.

On est attaché aux équilibres et le un pour un est une bonne chose pour maintenir les équilibres de développement de la ville centre à la deuxième voir la troisième couronnée. En parallèle, On veut garder notre différence avec les métropoles et on ne veut pas aller trop vite. On veut trouver notre propre rythme de développement. On a ainsi mis en place une Charte des promoteurs immobiliers qui veut allez plus loin que les règles du plu sans toutefois nous entraver dans nos bonnes relations avec les promoteurs. Nous devons trouver notre propre chemin de crête.