Alter, Anjou Loire Territoire
Les Ponts de Cé

100 moutons solognots à la Petite Vicomté

Programme

Transformation d'une ancienne décharge en ferme solaire

En décembre dernier, la centrale photovoltaïque de la Petite Vicomté aux Ponts-de-Cé a commencé à produire ses premiers kilowattheures. Portée par plusieurs acteurs, Alter Energies, Valeco et l’outil d’investissement citoyen Énergie Partagée, cette centrale se compose de 20 000 panneaux solaires et développe une puissance totale de 9,2 MW. Ce projet écologique permet aussi de réhabiliter un site de 11 hectares qui a longtemps servi de décharge et qui était impropre à toute construction ou activité agricole.

Entretenir un site de 11 Ha de manière respectueuse de l'environnement

Ce printemps, il a été décidé d’aller encore plus loin dans l’ambition environnementale du projet. Afin d’éviter tout recours à des méthodes mécaniques ou chimiques polluantes pour défricher et désherber le terrain, les acteurs ont décidé de recourir à la pratique de l’éco-pâturage. Ainsi, une centaine de moutons solognots de l’entreprise locale Edelweiss paissent actuellement entre les panneaux solaires pour entretenir le site.  

100 moutons solognots à la Petite Vicomté

Cette race de mouton dont il ne reste que 3 000 à 3 500 individus en France est particulièrement bien implantée en Maine-et-Loire. La société Edelweiss, basée à Montreuil-Juigné et comptant 80 salarié·e·s, dont les travaux paysagers sont le cœur de métier, en a fait sa spécialité avec près de 1 000 têtes. Pour cela, elle s’est adjoint les services de Christian Gilbert, ancien éleveur de moutons.

« J’étais éleveur de moutons depuis plus de 20 ans mais je ne pouvais et ne voulais plus emmener mes bêtes à la boucherie. Il y avait un non-sens dans ce que je faisais. En développant l’éco-pâturage, je me suis retrouvé pleinement dans mon métier. Nos moutons naissent chez nous et meurent chez nous. Ils n’ont qu’une chose à faire : manger de l’herbe ». Cela tombe bien puisque 11 hectares seront à leur disposition.

Arrivés il y a trois semaines, les premiers moutons sont rejoints cette semaine par le reste du troupeau. Ils ne resteront pas toute l’année sur le site puisqu’à l’automne, ils repartiront à la bergerie. Durant l’été leur nombre variera en fonction de l’abondance de la végétation. Ces 100 moutons iront sans doute sur l’un des 81 autres sites qu’exploite Edelweiss dans le département dont deux sont sur des opérations d’Alter (Plateau de la Mayenne et Plateau des Capucins).