En aménageant l'espace,
nous construisons l'avenir

éco-quartiers

Belle Beille

Angers

Rénovation verte du Grand Belle-Beille Ce vaste quartier, au cadre naturel exceptionnel; bénéficie d'un programme de rénovation urbaine, dite "rénovation verte du grand Belle-Beille", sur la période 2014-2024.

Iga Dolowy

Ville d'Angers

Iga Dolowy

Un projet ambitieux

Trois ambitions guident le projet de rénovation : améliorer l'habitat, favoriser l'emploi et préserver l'environnement. Cette dernière lui valant l'appellation de « rénovation verte du grand Belle-Beille ».

La lecture du projet peut se faire à travers 6 grands axes :

  • conforter la centralité du site Jacques-Tati / Élysée ;
  • développer la centralité Beaussier avec la restructuration complète du centre commercial et l’implantation de nouveaux équipements publics ;
  • rénover les écoles publiques et les équipements sportifs ;
  • valoriser les parcs et les entrées de quartier ;
  • améliorer les liens avec le campus universitaire et le campus du végétal et favoriser la venue de nouvelle école (projet ISTOM) ;
  • améliorer les liens avec les secteurs d’activités voisins (notamment du Nid-de-Pie).

Le projet se structure aussi autour de 4 piliers : La diversité (mixité sociale, fonctionnelle, et d'usages), le paysage (rendre le cadre de vie attractif), le tramway, l'innovation.

LA DIVERSITE : UNE RECOMPOSITION URBAINE POUR UN CADRE DE VIE VALORISE

Le concept du Renouvellement Vert du Grand Belle Beille vise à valoriser les potentialités en place par le développement des liens entre les différentes catégories d’usagers (étudiants, salariés, indépendants et résidents). Ce décloisonnement spatial et social est déterminant pour le renouveau de ce territoire. Il s’agira ainsi de repenser l’image, les usages, l’aménagement et la gestion des espaces, publics comme privés, dans l’objectif d’un équilibre durable entre les moyens mobilisables et les qualités attendues. En ce sens, les habitants sont intégrés dans la réflexion (voire la conception et la gestion des espaces de proximité). Il sont à part entière des acteurs du projet.

La restructuration du quartier de Belle-Beille permettra de recomposer le schéma urbain initial. Des logements seront ainsi démolis, d'autres réhabilités et de nouveaux logements seront construit. La recomposition urbaine se traduira notamment de manière forte autour de l'avenue Notre Dame du Lac.

LE PAYSAGE : LE VÉGÉTAL COMME SUPPORT DU PROJET DE RENOUVELLEMENT

Il s'agit ici de faire rentrer le végétal au plus profond du quartier de Belle Beille. Présent à ses pourtours, le végétal est absent du coeur de quartier. L'idée est donc de réaliser des aménagements paysagers de qualité qui viennent irriguer le quartier.Des armartures paysagère douce vont donc traverser le quartier de part en part.

LE TRAMWAY : LE VECTEUR D’UNE NOUVELLE DYNAMIQUE TERRITORIALE

La ligne b du tramway offre une opportunité de désenclaver le quartier, de restructurer l’espace et de créer des nouveaux liens physiques comme socio-économiques qui viendront contribuer à l’attractivité et au renouveau de ce territoire porteur  de fortes potentialités. La seconde ligne est l’épine dorsale de Grand Belle Beille.

L'INNOVATION: CREER DES POLARITES  FORTES- S'OUVRIR VERS LE CAMPUS UNIVERSITAIRE- LAISSER LA PLACE A LA CREATIVITE

Le projet urbain préserve la singularité des différents lieux qui font le Grand Belle Beille d’aujourd’hui et de demain. Il explore et exploite les complémentarités d’usage, de richesse de paysage, et de la nature comme les potentiels : fonciers, patrimoniaux et identitaires.

La multipolarité du quartier, mise en exergue par le diagnostic, est maintenue et renforcée. 3 poles sont ainsi mis en avant. Un à Beaussier, un second à Patton Elysée, un dernier à Tati.

Par ailleurs, afin de s'ouvrir vers le campus universitaire, le centralité Beaussier d'un côté et le secteur du Nid de Pie sont revus et réaménagés. Le second accueillera notamment la nouvelle école d'ingénieur de l'ISTOM.

Enfin, un espace est aménagé pour accueillir une tour en bois. Cet immeuble de 10 étages minimum tout en bois, intérieur compris, abritera entre 50 et 120 logements.

LES PREMIERES OPERATIONS

En 2015, une première phase opérationnelle a débuté, portant jusqu'en 2018, avec pour objectifs de :

  • réhabiliter 450 à 500 logements, avec en 2016 les immeubles de l’avenue Notre-Dame-du-Lac et en 2017 les tours Gaubert ;
  • démolir la résidence étudiante Dauversière 1 (juillet 2016) ;
  • construire environ 100 logements ;
  • mener des travaux sur les espaces extérieurs ;
  • construire une chaufferie urbaine au bois, les travaux sont lancés depuis le début de l'année 2017 ;
  • créer un pôle dédié à la famille et à la petite enfance dans la centralité Jacques-Tati ;
  • travailler avec les commerçants du secteur Beaussier pour adapter l’offre aux besoins ;
  • organiser un pôle de santé sur le secteur Beaussier, avec les professionnels présents ;
  • restructurer les équipements sportifs ;
  • préparer l'arrivée du tramway en 2022.

Données du projet

Ville : Angers
Maître d'ouvrage : Angers Loire Métropole
Maître d'ouvrage délégué :Alter Public
Architecte urbaniste : Iga Dolowy
Programme :

Déconstruction d'environ 560 logements

Réhabilitation / Résidentialisation d'environ 650 logements

Construction d'environ 860 logements

Contact

Nicolas Blain
Responsable Unité Opérationnelle
02 41 18 21 21
William Champalaune
Responsable d'opérations
02 41 18 21 21

Plan