En aménageant l'espace,
nous construisons l'avenir

Actualités

12

Sept

2018

Monplaisir : Monplaisir, les grandes lignes du projet

Monplaisir, les grandes lignes du projet

Après la signature de la convention avec l'Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU), lundi à Angers, le vaste projet qui vise à restructurer le quartier de Monplaisir a été présenté hier soir dans les grandes lignes par le maire d'Angers et président de la communauté urbaine d'Angers Loire Métropole.  

Des premières démarches engagées en 2014, à la signature hier de la convention Anru, les études et la concertation ont permis de développer un projet global qui s’appuie aussi bien sur les logements que sur les équipements et les aménagements d’espaces publics. 583 participants se sont mobilisés sur de nombreuses actions de concertation (26 depuis mars 2017). Sur des thématiques diverses comme les espaces publics, les mobilités et les déplacements, la place de l’Europe, les équipements et l’habitat, 78 propositions sont venues compléter les études menées par la ville, la maitrise d’œuvre et Alter.

Le projet de rénovation urbaine du quartier Monplaisir se présente donc comme un projet global. En voici les grandes lignes (lignes qui seront détaillées dans les mois qui viennent) :

Le logement

1 470 logements sociaux seront rénovés, leurs équipements modernisés (économies d’énergie, amélioration des abords et de l’image des résidences). 368 logements vont être démolis pour permettre la mutation du quartier. Parmi ces démolitions, les plus emblématiques concerneront, les 100 logements de la barre de l'Europe en 2020, le porche Lyautey, les tours Gallieni, les n°5 et 6 de la rue Gabriel Baron et le n°8 de la rue Harlem en 2021 ou encore la résidence Allonneau et ses 142 logements en 2024.

A ce sujet, un important travail d’accompagnement au relogement est assuré par les bailleurs (Angers Loire Habitat, Immobilière Podeliha, Soclova), renforcé par le Centre communal d’action sociale (CCAS) d’Angers, le département de Maine-et-Loire et la Caisse d'allocations familiales (CAF).

Parallèlement, 430 logements seront construits, avec un objectif de prix abordable. L’accession à la propriété sera soutenue financièrement par l’agglomération et l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru). Une réelle qualité architecturale et environnementale (collectifs à taille humaine, logements individuels groupés en maisons de ville). Ces constructions seront éclatées sur le quartier et notamment en bordure de parc.

Les équipements

L’arrivée du tramway en 2022 permettra de mieux desservir le quartier. 3 stations parcourront le quartier et 1 parking gratuit sera créé à l’angle des boulevards Schuman et Monplaisir.

Au cœur du quartier, la place de l’Europe sera réaménagée, le centre commercial reconstitué avec un nouveau pôle santé, la barre de l’Europe démolie pour créer une grande allée verte, reliant le jardin Gallieni au parc Hébert-de-la-Rousselière et ouvrir le campus éducatif (collège et lycée) sur un nouveau parvis.

Un pôle sportif avec une approche sport-santé, faisant rayonner Monplaisir à l’échelle de l’agglomération sera aménagé. Composé du gymnase agrandi, du stade, de la piscine et d’espaces de jeux en accès libre, ce pôle accueillera de nouvelles activités.

Une chaufferie bois sera construite aux abords du site industriel Scania, et alimentera 2 800 logements et l'ensemble des équipements actuels et futurs. Cette chaufferie bois se composer d’une chaudière bois, d’un silo de stockage du bois et s’accompagnera d’un réseau de 7 km.

Le bureau de police actuel sera démoli et repositionné rue de Haarlem.

Les équipements scolaires seront particulièrement revus. Le campus éducatif composé du collège Jean-Lurçat et du lycée Emmanuel-Mounier sera « retourné » vers la place de l’Europe. Les entrées feront l’objet d’un nouvel aménagement et les espaces de restauration et de récréation seront repensés. Des investissements seront prévus sur les deux groupes scolaires Voltaire et Paul-Valéry pour permettre le rapprochement de structures de petite enfance existantes (crèche multi accueil, Tom Pouce, accueil de loisirs maternel...). Le Foyer des jeunes travailleurs (FJT), rue de Haarlem, sera restructuré. Il sera complété par un internat de 45 places et une bibliothèque-ludothèque, constituant un véritable pôle éducatif et culturel. La Maison pour tous (MPT), hébergeant actuellement la bibliothèque, verra certaines de ses activités redéployées, comme le dojo déplacé vers le gymnase.

Les aménagements

Une grande allée verte sera constituée entre le parc Hébert-de-la-Rousselière et le jardin Gallieni. Les espaces privatifs des immeubles Kalouguine seront résidentialisés : cheminements et espaces verts redessineront ce site remarquable en véritable parc habité, en continuité du parc Hébert-de-la-Rousselière tout proche.

La passerelle qui surplombe les voies de chemins de fer sera réaménagée. Plus confortable et accessible aux personnes à mobilité réduite, aux piétons et aux cyclistes, elle permettra de mieux relier les deux parties du quartier, actuellement isolées par la voie ferrée. La création d’une nouvelle passerelle reliant les deux parties du parc Hébert-de-la-Roussellière est à l’étude.

(c) photo ville d'Angers

barre fin d'article

Trouver une actualité